Le tango argentin

Un peu d'histoire:

Peu avant la première guerre mondiale, le tango fit son entrée dans les cafés Européens. Ce succès lui donna une dimension mondiale et en fit le symbole de la créativité Argentine. L'industrie discographique et cinématographique a été le 2e facteur de développement du tango. et Carlos Gardel (photo ci jointe) fut le plus grand chanteur de tango de tous les temps. L'influence du tango chuta à la fin des années 30 pour remonter sous le régime péroniste des années 45 à 55 où il passait pour être le fleuron de la culture populaire. L'émergence de formes d'expression musicale plus politiques dans les années 60, puis du rock, le marginalisa. Mais il revint à la mode en fin des années 70 grâce au grand compositeur Astor Piazzolla, qui a renouvelé le genre en lui introduisant des éléments de jazz et de rock. Il connaît depuis une dizaine d'années un grand essor en France et en Allemagne, probablement par la grande richesse de variations et d'improvisation chorégraphique qu'il autorise.

mascarita:wals ronda del querer:wals rosas de otono:wals

 

Les cafés de Buenos Aires

Aujourd'hui beaucoup ont disparu , la plupart ont été rénovés, mais on peut encore trouver de vieux cafés aux miroirs usés par le temps, et avec aux murs la photo de Carlos Gardel.

L'historienne argentine Karina Donangelo raconte qu'à chaque coin de rue de Buenos Aires, il y avait autrefois un café, et que la nuit passait d'un local à l'autre. A partir de 1920, les cafés de Buenos Aires vont devenir un haut lieu du tango. C'est ainsi que beaucoup de carrières de musiciens vont commencer dans les cafés. Ils sont à l'origine de changements dans la composition des orchestres, ainsi le piano remplaça peu à peu la guitare qui toutefois ne disparut pas complètement.Le violoniste Elvino Vardaro débuta au bar Iglesias dans l'orchestre de Juan Maglio Pacho en 1921. Ce café du centre de Buenos Aires fut le premier à installer un piano avec l'orchestre d'Emilio Vardaro. D'autres cafés firent de même comme, le Marzotto, le National, le Guarani, le Gaulois, el Parque, l'Africano, le germinal.

(mes références sont prises dans la très complète documentation de Georges Galopa pour l'émission de la radio locale RDL. Et malheureusement la place ici est insuffisante pour en rapporter toute l'information)

 

Retour au sommaire: